Report Dätcha Mandala/Dewolff iBoat, 16 avril 2016

La hollande l’autre pays du rock.

Enfin nous y sommes !! C’est samedi et le samedi c’est rock à billy ! A peine plus d’un an plus tard on prend les mêmes et on recommence : Dewolff accompagnés de Dätcha Mandala se retrouvent à Bordeaux. Seul le lieu change : quoi de mieux qu’un bateau, en l’occurence l’iBoat, pour apprécier les deux trios.

Les Dätcha Mandala… que dire si ce n’est de vous conseiller d’aller les voir comme je le répète à chaque fois ! Nous les avions vus au Krakatoa deux semaines auparavant sur une scène beaucoup plus vaste. Ils n’avaient pas démérité, loin de là, mais les retrouver ce soir si proches les uns des autres, ainsi que de la foule, fait que l’alchimie opère à pleins tubes. Ils auront encore une fois réussis à envouter les néophytes et combler les habitués. Durant toute la prestation le spectacle est complet, ils sont déchainés ! EPIQUE ! On attend leur album avec impatience, prévu pour début 2017, en attendant ici on a plus qu’un seul but : assister à un maximum de leurs concerts pour passer le temps !!

IMG_0823.jpg

Le public en redemandera, malheureusement le lieu doit être investi par des clubbers pour une soirée électro sur les coups des  23h30, le timing doit donc être méticuleusement respecté. On sentait Nicolas, le chanteur, prêt à honorer la demande, ce ne sera pas possible. Time is money.

Après avoir pris quelques minutes pour débarrasser la scène du matos des Dätcha Mandala et éponger l’eau que Jérémy, le guitariste, s’est volontairement versée dessus à la fin du set, tout est en place pour accueillir Dewolff. Quoi de plus naturel pour un groupe des Pays Bas que de jouer sur un bateau ?

Déjà neuf ans que le groupe existe, ils vont à la fois nous le rappeler et nous le faire oublier. Nous le rappeler notamment dans leur entente musicale sans faille. Alors oui Pablo, le chanteur/guitariste et Luka le batteur, sont frères, donc pour la complicité ils partent avantagés. Mais quand même… et que dire de « l’homme à l’orgue Hammond », j’ai nommé Robin Piso, on a l’impression que ces trois là sont raccordés les uns aux autres. Cet instrument aux sonorités si particulières scelle le son du groupe et apporte un caractère inimitable.

Les neufs ans, ils nous les feront oublier tout simplement, avec leur spontanéité et leur fraicheur. Ils étireront quelques titres jusqu’à une dizaine de minutes, en partant dans des improvisations toutes aussi délicieuses les unes que les autres.

En selle ! Dès les premiers tours de roues, ils nous exposent tout ce qu’ils ont en rayon : Pablo et sa Gibson Flying V nous délivrent les premières notes de Black Cat Woman, morceau qui ouvre leur dernier album. Puis il monte sur l’orgue Hammond, même si malgré la faible hauteur de plafond il ne peut se dresser totalement. Le temps d’en redescendre et quelques instants plus tard le frontman se place sur le devant de la scène, contre la foule où un micro sur pied l’attend.

IMG_1834.jpg

« Roux-Ga-Roux » dernier album en date du groupe aura la part belle avec six morceaux sur onze interprétés se mêlant à des compositions plus anciennes. Record Store Day oblige, nous aurons même droit à un morceau issu du 45t ultra rare (limité à 220 copies !) que le groupe a sorti pour l’occasion : « Rock’n’Roll Doctor » reprise du groupe « Little Feat » groupe formé par George Lowell dans les années 70.

On assiste à un déluge de riffs, de solos, d’impros et de classe… il fait chaud, ça transpire, le plafond du bateau suinte (véridique), ça sent pas la tulipe, le groupe nous avouera d’ailleurs être très fatigué, car ce soir ils jouent leur dixième et dernière date en France de la tournée avant de se diriger vers l’Espagne : « Nous somme fatigués, nous sentons mauvais, au moins autant que votre fromage qui pue le plus ». Nous on s’en fou, on a les autres sens déjà tellement stimulés qu’on sent plus rien ! Après un bref rappel le trio reviendra sur scène pour nous jouer un « Don’t You Go Up The Sky « d’anthologie… on aurait tant aimé que le show continue une heure de plus mais le timing doit être respecté … Time is Money.

IMG_3012

Le groupe viendra prolonger cette soirée au stand merchandising, en dédicaçant des LP et en discutant en toute simplicité avec des fans. Time is magic.

Dewolff, est  un groupe fabuleux sur scène, à l’instar de leur compatriote Birth of Joy, nous sommes ressorti de leur concert complètement envoutés avec une seule idée : y retourner.

Nous avons aimé :

  • la performance de Datcha Mandala en première partie
  • l’entente musicale des membres de Dewolff
  • leur simplicité/gentillesse/classe

Nous avons moins aimé :

  • Time is money du coup time is vraiment trop court.
  • On ne sait pas quand ils reviennent..!

 

Site Web de Dewolff

Merci à Florence de We Do Music pour l’accréditation.

Setlist du concert de Dewolff :

IMG_6409

 

Photos du set de Dätcha Mandala :

 

Photos du set de Dewolff :

 


3 réflexions sur “Report Dätcha Mandala/Dewolff iBoat, 16 avril 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s